Le projet

Perspectives des ados sur leur sommeil

La période trouble que nous traversons depuis le début de la pandémie a chamboulé notre quotidien et déstructuré nosroutines. Ceci est d’autant plus vrai pour la génération des adolescents: socialisation toujours davantage en mode virtuel, éducation par le biais des écrans, heures de sommeil fragmentées. Sensible à cette nouvelle réalité et soucieux du fait qu’il ne faut pas manquer la fenêtre développementale qu’est l’adolescence pour l’acquisition de saineshabitudes de vie, je souhaite mettre en place une plateforme numérique d’échange avec les jeunes. Mon objectif est de sensibiliser les adolescents aux fonctions du sommeil, aux coûts physiques et psychologiques d’un manque de sommeil, et leur offrir des solutions faciles à mettre en place lorsqu’ils font face à un déficit de sommeil, pour que leur santé n’en fasse pas les frais!

La période trouble que nous traversons depuis le début de la pandémie a chamboulé notre quotidien et déstructuré nosroutines. Ceci est d’autant plus vrai pour la génération des adolescents: socialisation toujours davantage en mode virtuel, éducation par le biais des écrans, heures de sommeil fragmentées. Sensible à cette nouvelle réalité et soucieux du fait qu’il ne faut pas manquer la fenêtre développementale qu’est l’adolescence pour l’acquisition de saineshabitudes de vie, je souhaite mettre en place une plateforme numérique d’échange avec les jeunes. Mon objectif est de sensibiliser les adolescents aux fonctions du sommeil, aux coûts physiques et psychologiques d’un manque de sommeil, et leur offrir des solutions faciles à mettre en place lorsqu’ils font face à un déficit de sommeil, pour que leur santé n’en fasse pas les frais! Le sommeil des adolescents est par définition sujet à des dérèglements. Ceci tient à la fois à des facteurs biopsychosociaux, tel que le développement de leur horloge biologique qui déphase leur rythme de sommeil, mais aussi à leurs relations avec les technologies de l’information et de la communication (TICs) : exposition directe à la lumière le soir et la nuit, interactions sociales nocturnes, etc. Pour ces diverses raisons, les jeunes représentent une population particulièrement vulnérable sur le plan du sommeil. Pour cette demande, nous avons pris le pouls auprès d’une dizaine d’adolescents. Plusieurs nous ont rapporté des inquiétudes ou de fausses croyances quant à leurs horaires de sommeil, la quantité optimale de sommeil ou l’heure à laquelle il faut se lever pour ne pas être fatigué.La majorité nous on dit que les TICs prennent une part importante de leur temps jour et nuit et que ceci est source de conflits avec leurs parents. Ce coup de sonde reflète en partie l’état actuel des connaissances scientifiques, qui démontrent qu’environ 25% des jeunes ont des nuits connectées à leurs écrans et rapportent être somnolents durant le jour (Owens et al., 2020). Selon le portrait du bien-être des jeunes au Québec (Gallant et al., 2019), les 11-17 ans représentent 7% de la population (582 030 jeunes), ce qui permet d’estimer que près de 150 000 adolescents seraient en privation de sommeil. Dans le même sens, un autre indicateur montre que seulement 63% des élèves dusecondaire ont des nuits de sommeil respectant la durée recommandée les jours d’école. En tant que neuropsychologue et chercheur, je connais bien ces jeunes privés de sommeil, car ils sont souvent référés pour des évaluationspsychologiques. La privation de sommeil a en effet des conséquences à court-terme, mais aussi à long-terme. Cumuler une dette de sommeil entraîne un effet domino sur : 1) l’humeur et la gestion des émotions telle que le stress, 2) les fonctions cognitives telles que la mémoire, l’attention et les fonctions exécutives (ce qui se reflète par un impact important sur les résultats scolaires), 3) les autres habitudes de vie (p. ex.: recours aux substances psychoactives (caféine, “energy drinks”, mauvaise alimentation, médicaments, cannabis, alcool, etc.), utilisation des TICs, manque d’exercice à cause de la fatigue, etc.) et 4) la santé, en augmentant les risques de développer des troubles psychologiques, tels que la dépression et l’anxiété, ou des troubles physiques tels que le diabète, l’hypertension, l’obésité, certains cancers, etc. (Kansagra, 2020; Owens et al., 2014). Les conséquences « de dormir debout » doivent être connues des jeunes afin de leur permettre de prendre des décisions éclairées quant à leur santé et devenir acteurs de leur bien-être.

Revenez pour télécharger gratuitement les instructions et compte-rendu afin de faire (ou refaire) les activités et concours avec les jeunes.

Des histoires à dormir debout

(R)Éveille toi !
Drogues et médicaments qui font dormir, ces fausses-bonnes idées.

Pour en finir avec «l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt!»

Chill ton cell. Atelier de co-création d’un «bala-dodo»

Concours de photo: arrêt sur image - le «avant - après» de ta chambre.
Prix à gagner.

Prouve- le: Tenir un journal de rêve fait augmenter le nombre de rêves dont on se souvient.

Concours de BD. «Dormir sur la corde à linge!» OU «Défi embarque dans le train du sommeil». Prix à gagner.

Le sommeil de ton cru. Prix à gagner.